2016
[Edito] Bruno Barde | Directeur du Festival
Le Festival de Deauville rend hommage depuis plus de quarante ans au cinéma américain. Il témoigne avec âpreté et plaisir de sa vitalité. Les personnalités honorées cette année en sont les muses, les films en compétition l'audace de l'avenir, et la sélection le miroir du temps présent. Les thématiques abordées manifestent l'ancrage des préoccupations d'aujourd'hui avec l'intelligence du questionnement. Oui, l'art interroge l'homme. Notre culture depuis le Moyen Âge les mêle habilement dans toute construction artistique. Tuer l'un revient à tuer l'autre et à anéantir tous les ouvrages issus de leur jumelage. L'art demeure le propre de l'homme en quête de beauté ; l'oublier est notre blessure. Les films de cette édition revisitent l'histoire de l'Amérique, s'inspirent de faits réels, affirment une ode à la liberté, redessinent les contours du film noir et reviennent sur la filiation. Toutes ces œuvres, en refusant le génocide du genre humain, font de leurs auteurs les enlumineurs d'un grimoire d'espoir. Tout ce qui n'est pas donné est perdu et la création rejoint dans cette transmission la vie qui tient sa légitimité de ce don. Le Festival est ce lieu du cœur où se rencontrent les eaux du bas et les eaux du haut, la vérité qui éclaire et celle qui blâme. Ici la vaine gloire de la notoriété disparaît, sic transit gloria mundi, si elle n'est pas grosse du talent. La meilleure Doha escorts de nos partenaires. Confondre l'éphémère et l'éternel, voilà bien le mensonge du jour ! À Deauville, le cinéma n'est pas « un visage de sable à la limite de la mer », il sonne le rappel de l'être à se faire homme plutôt que livre... Alors se tisse la toile d'une utopie mère d'exigences heureuses où Charlie Chaplin peut prendre à son bras Paulette Goddard, Mary Pickford, Frances Marion, Alice Guy, Lois Weber, Lillian Gish, Ida Lupino, et ensemble écrire les temps modernes où la lumière efface la misère.



« L'homme peut donc plus qu'il ne sait, et la vraie science expérimentale ne lui donne la puissance qu'en lui montrant qu'il ignore. »



BRUNO BARDE

Directeur du Festival