1975   1975 | 1re édition
Le Festival du Cinéma Américain de Deauville voit le jour. Grâce en particulier à la volonté du maire, Michel d’Ornano, d’implanter l’événement à Deauville, et au soutien de Lucien Barrière et de son groupe d’offrir un cadre luxueux au nouveau Festival. Il remporte immédiatement l’adhésion du public, même si les stars américaines attendront quelques éditions pour s’y retrouver chaque année à la fin de l’été. Selon Lionel Chouchan et André Halimi, organisateurs et délégués généraux du nouveau festival, son but est de « montrer au public français, sans ostracisme, sans barrière et sans parti-pris, des films que seuls quelques privilégiés – émerveillés ou étonnés – ont découverts à New York ou à Los Angeles ».
     
1976   1976 | 2e édition
Le Festival célèbre le bicentenaire de la Révolution américaine. Il décide de lancer un nouveau prix littéraire, le Prix littéraire Lucien Barrière, remis chaque année, pendant le Festival de Deauville, à un auteur américain. Se tient également la première vente aux enchères d’affiches de cinéma, qui deviendra une tradition du Festival au cours de ses éditions suivantes.
     
1977   1977 | 3e édition
Anne d’Ornano succède à son mari, Michel d’Ornano, à la mairie de Deauville.
« Hollywood s’est trouvé un verger en Normandie » résume-t-elle joliment lors de l’Ouverture du Festival. Sous l’impulsion de Lionel Chouchan, le Festival innove et décide d’y rendre désormais ses « Hommages » : Gregory Peck, Vincente Minnelli et Sydney Pollack sont présents sur les Planches à cette occasion. Mais Elizabeth Taylor, à qui le Festival avait décidé de présenter le plus beau des hommages, annule à la dernière minute sa venue à Deauville. La présentation du film La Guerre des étoiles fait connaître au Festival sa première grande bousculade. Et le public enthousiaste reste sous le charme du personnage d’Annie Hall dans le film de Woody Allen, présenté en avant-première.
     
1978   1978 | 4e édition
La star Gloria Swanson est à Deauville ! Le Festival lui rend un hommage exceptionnel, aux côtés de King Vidor, Kirk Douglas et Norman Jewison. En marge de ces hommages, le Festival décide désormais de tirer également son « Coup de chapeau » à l’un des talents du 7e art américain. Et dans la grande tradition du cinéma muet, il propose une projection exceptionnelle de La Foule, réalisé en 1928 par King Vidor, avec création et improvisation sur scène de la musique du film par le violoniste Ivry Gitlis. Cette édition s’achève dans l’hystérie avec Grease, en présence de ses jeunes interprètes, dont un acteur-danseur aux talents prometteurs : John Travolta. Pour la première fois, les organisateurs ont dû se résoudre à engager des gardes du corps pour la sécurité rapprochée des vedettes américaines présentes.
     
1979
              1979 | 5e édition
Le générique des hommagés de cette édition est des plus prestigieux : William Wyler, Burt Lancaster, Stanley Donen, Stanley Kramer. Un colloque sur l’économie du cinéma américain est organisé par le Festival, en présence de Jack Valenti, président de la MPAA (Motion Picture Association of America, le puissant syndicat de l’industrie cinématographique américaine) et ami fidèle du Festival et de la Ville de Deauville.
     
1980   1980 | 6e édition
Le comédien Danny Kaye ouvre officiellement le Festival en arrivant à quatre pattes sur la scène du cinéma du Casino, sans un mot mais par un coup de sifflet strident ! Elia Kazan, à qui le Festival rend hommage, annule sa venue à Deauville suite au décès de son épouse, la réalisatrice Barbara Loden, dont le film Wanda est projeté au Festival le jour même de sa disparition. Les autres hommagés sont, cette année, Danny Kaye, Glenn Ford, Yul Brynner et, pour son tout premier hommage, Clint Eastwood. Les patrons de 35 grands studios hollywoodiens tiennent leur comité directeur à Deauville, pendant le Festival.
     
1981
              1981 | 7e édition
Lana Turner, Joseph Mankiewicz, Arthur Penn, Sean Connery, Gene Hackman honorent Deauville de leur présence, dans le cadre des hommages que leur rend le Festival. Et l’absence remarquée à Deauville du nouveau ministre de la Culture Jack Lang suscite la polémique. Les festivaliers découvrent avec enthousiasme Les Aventuriers de l’arche perdue – en présence de Harrison Ford – ainsi que le New York, New York de Martin Scorsese, mais s’égarent au milieu des vapeurs de souffre de Polyester, le premier (et unique !) film présenté « en odorama ».
     
1982   1982 | 8e édition
Pour témoigner de leur attachement au Festival, sont présents sur les Planches de Deauville Gene Kelly, Richard Brooks, Harrison Ford, Joseph Mankiewicz, Geraldine Chaplin, Norman Mailer, Caroline de Monaco… Mais aussi, à l’occasion de leur hommage, Cyd Charisse, Robert Altman, Carl Foreman, Charlton Heston et Mervyn LeRoy. Après les États-Unis et la présentation du film en Clôture du Festival de Cannes (la toute dernière projection à l’ancien Palais des Festivals !), et trois mois avant sa sortie en France, Deauville succombe à son tour au charme d’E.T. l’extra-terrestre. Aux côtés du film de Steven Spielberg, le Festival présente en avant-première An Officer and a Gentleman, Blade Runner et Victor, Victoria.
     
1983   1983 | 9e édition
Pour la première fois, le Festival s’offre des projections en 70mm. Les jeunes festivaliers font un triomphe au film musical Flashdance : ils réclament une seconde projection et refusent de quitter la salle, amenant la direction du Festival à demander l’intervention énergique du service d’ordre. Aux côtés de Joan Fontaine, Henry Hathaway, Lee Marvin, Arlene Dahl et James Mason auxquels le Festival rend cette année hommage, Deauville accueille les Français Claude Brasseur, Jean-Pierre Aumont, Jean Carmet, Victor Lanoux, Gérard Oury et Michel Blanc.
     
1984   1984 | 10e édition
Le Festival rend hommage à Shelley Winters, George Stevens Jr., Rock Hudson, et présente en avant-première les Gremlins : à cette occasion, les festivaliers enthousiastes retournent en enfance, rient, s’attendrissent, poussent des cris… et applaudissent à tout rompre ! La sélection de l’année comprend aussi bien Indiana Jones et le temple maudit que Purple Rain, Sang pour Sang que Splash. À l’occasion du 40e anniversaire du Débarquement, le Festival propose également une rétrospective de films sur la Seconde Guerre mondiale.
     
1985   1985 | 11e édition
La star parmi les stars est enfin là ! Elizabeth Taylor, à qui le Festival rend un hommage exceptionnel, arrive pour quatre jours à Deauville avec… 270 kilos de bagages ! Les autres hommagés sont, cette année, Debbie Reynolds, Robert Wise, Alan Jay Lerner et Jérôme Kern, ainsi que l’American Film Institute (AFI), première institution américaine dans l’histoire du Festival à laquelle il a été décidé de rendre hommage. Retour vers le futur ou Cocoon font partie de la sélection de l’année.
     
1986   1986 | 12e édition
Selon Philippe Léotard, le ministre français de la Culture, présent à Deauville, le Festival est « une réussite, un dialogue inévitable entre nos cultures ». La programmation est particulièrement foisonnante et éclectique : dans ses hommages (Tony Curtis, James Coburn, Paul Mazursky, June Allyson, Jean Negulesco, Richard Brooks, Alan Rudolph) comme dans ses films présentés en avant-première (La Couleur pourpre, Top Gun, ou Aliens, le retour). Le Prix Michel Audiard est remis au film français Je hais les acteurs.
     
1987   1987 | 13e édition
Un accueil triomphal est réservé, par le Festival et les festivaliers, à la star Bette Davis, pour la première fois à Deauville à l’âge de 79 ans. Le Festival rend également hommage à Rita Hayworth, décédée quelques mois auparavant, et représentée à Deauville par sa fille, la princesse Yasmin Aga Khan. Les autres hommagés sont Janet Leigh, Shirley MacLaine, Douglas Fairbanks Jr., Stewart Granger, Robert Parrish et Brian De Palma. Hommages encore aux 100 ans de Hollywood (« Hollywood fête son centenaire – Légendes et réalité ») et aux 20 ans du Studio Action, la salle parisienne spécialisée dans le cinéma anglo-saxon. Un nouveau prix « Coup de cœur », attribué par la presse ou le public et parrainé par le laboratoire LTC, salue désormais le cinéma indépendant.
     
1988   1988 | 14e édition
Les festivaliers sont accueillis dans un cinéma du Casino entièrement rénové. À l’occasion de l’hommage « Oscars, les soixante ans », et en présence de Charles « Buddy » Rogers (premier acteur américain à avoir été oscarisé), le film muet Les Ailes (premier film oscarisé en 1927) est présenté à Deauville avec un pianiste sur scène jouant en direct la musique du film. Les personnalités du cinéma à qui le Festival a tenu à rendre hommage cette année sont Claudette Colbert, Ann- Margret, George Sidney, William Friedkin et Jonathan Demme. Les festivaliers découvrent en avant-première les films américains qui deviendront des succès du box office : Un poisson nommé Wanda, Big, Die Hard, Good Morning Vietnam
     
1989   1989 | 15e édition
Les festivaliers accueillent, avec une passion toute cinéphile, les hommagées de l’année, Lauren Bacall et Kim Novak. Ainsi que les autres hommagés présents : Ben Gazzara, Robert Mitchum et Georges Roy Hill. Ils font un véritable triomphe au film Quand Harry rencontre Sally. Le Prix du Public est remis, pour sa première année, à Torch Song Trilogy. L’institution hommagée cette année est l’UCLA Film & Television Archive (Université de Californie à Los Angeles). À l’initiative d’Unifrance, un colloque franco-américain est organisé autour du thème « Quel cinéma européen pour les États-Unis ? ».
     
1990   1990 | 16e édition
Les festivaliers tombent sous le charme des films Pretty Woman et Ghost, ainsi que de leurs comédiennes, Julia Roberts, Demi Moore et Whoopi Goldberg. Le Festival rend hommage, en leur présence, à Jane Russell, Sidney Lumet, Robert Duvall, John Boorman, Richard Chamberlain et John Voigt. Et pour l’industrie du cinéma, à la société de production American Playhouse et aux 75 ans des studios Universal. « Bugs Bunny a 50 ans ! » : le Festival s’associe à cet anniversaire en proposant aux festivaliers, en accès libre et gratuit, plus de 200 dessins animés de la production Warner.
     
1991   1991 | 17e édition
Le Festival est orphelin… Il s’ouvre pour la première fois sans Lucien Barrière et sans Michel d’Ornano, tous les deux décédés quelques mois avant l’Ouverture du Festival. Esther Williams, Richard Dreyfuss, Mel Ferrer, John Frankenheimer, Robert Mulligan, John Sayles, Richard Widmark, que d’hommages prestigieux pour cette nouvelle édition ! Et John Travolta et la comédienne Kelly Preston sont en lune de miel à Deauville : ils se sont mariés à Paris la veille de leur arrivée au Festival. Le Prix Michel d’Ornano est créé à l’initiative des compagnies membres de la Motion Picture Association : dédié à la mémoire de l’ancien ministre et maire de Deauville, ce prix récompense à l’origine un premier scénario français, puis dès 1998, un premier film français dans le but d’aider à sa reconnaissance, sa promotion et son exportation.
     
1992   1992 | 18e édition
Le Festival du Cinéma Américain inaugure son « Palais des Festivals », le Centre International de Deauville (C.I.D). Afin de rendre la « Nuit des Stars » inoubliable pour les 17 prestigieux invités d’honneur qui ont fait le déplacement jusqu’au Festival – parmi lesquels Cyd Charisse, James Coburn, Claudette Colbert, Brian de Palma, Joseph L. Mankiewicz ou même Buzz Aldrin (qui arpente la plage dans son uniforme d’astronaute !) – ceux-ci reçoivent en souvenir un morceau des Planches de Deauville. Le Festival rend également hommage à Jack Lemmon, Paul Schrader, Jessica Tandy et Hume Cronyn. Et retrouve Whoopi Goldberg en Sister Act pour le plus grand bonheur des festivaliers.
     
1993   1993 | 19e édition
Trois hommages, trois passions de cinéma : Jessica Lange, Richard Fleischer et John Malkovich. Tom Cruise est là ! Ainsi que Meg Ryan, Rebecca de Mornay, Angela Bassett, Sydney Pollack, Ben Kingsley, Matt Dillon, Danny Glover, Abel Ferrara… Le Festival accueille les dinosaures de Jurassic Park, et passent allègrement de Garçon d’honneur à La Firme ou Nuits blanches à Seattle
     
1994   1994 | 20e édition
Jack Nicholson, à qui le Festival rend hommage, annule à la dernière minute sa venue à Deauville. L’hommagé Van Johnson est, lui, bien présent ainsi que James Woods, venu avec sa mère, laquelle devient rapidement la mascotte des festivaliers ! Ceux-ci découvrent en avant-première des films aussi différents que Forrest Gump, Little Odessa ou The Mask. Pour célébrer le 50e anniversaire du Débarquement allié, le Festival propose la rétrospective « Le Cinéma en armes : Hollywood pendant la Seconde Guerre mondiale » et un programme de films de guerre « Hollywood ‘44 ».
     
1995   1995 | 21e édition
Sous la nouvelle direction de Bruno Barde, le Festival s’ouvre à la Compétition. Le premier Jury est présidé par le réalisateur Andreï Konchalovsky, accompagné à la vice-présidence par la comédienne Anouk Aimée. Après les réalisateurs et les acteurs, les Hommages du Festival de Deauville célèbrent désormais également les producteurs, avec comme premier producteur hommagé, l’incontournable Irwin Winkler. Sont également présents sur les Planches Jack Nicholson, Sean Penn, Kevin Costner, Billy Crystal… Le Festival propose une rétrospective « New York au cinéma », en présence de Robert De Niro. Et une « Carte blanche » est donnée à Clint Eastwood pour inviter les festivaliers à découvrir 8 de ses films préférés… Au final, tous des westerns ! Un nouveau Village du Festival accueille les partenaires de l’événement, les conférences de presse et les photo-calls.
     
1996   1996 | 22e édition
Le film Mission impossible est présenté en Ouverture, suivi, plus tard pendant le Festival et dans un climat d’émeute, d’Independence Day. Deux hommages sont rendus, l’un à Abel Ferrara, l’autre à Arnon Milchan. Sont aussi à Deauville : Gena Rowlands, Andie MacDowell, Eddie Murphy, Kevin Spacey, Kurt Russell, Christopher Walken… et Gérard Depardieu. Le Festival propose une rétrospective « Le Jazz au cinéma ». Des rencontres entre des réalisateurs et scénaristes américains et des étudiants des écoles françaises de cinéma sont organisées pendant le Festival : ce sont les nouveaux « Ateliers de cinéma ».
     
1997   1997 | 23e édition
Le Festival propose une « Carte blanche » au réalisateur William Friedkin. Et rend hommage à Morgan Freeman, John Waters et Arnold Kopelson. Sylvester Stallone débarque à Deauville en invité surprise ! Il y retrouve, parmi tant d’autres, Harrison Ford, Roy Scheider, Ray Liotta, Claudia Cardinale, William Hurt, Rupert Everett, John Woo…
     
1998   1998 | 24e édition
Pour son Ouverture, le Festival célèbre le centenaire de la naissance de George Gershwin. La nouvelle section compétitive des Courts Métrages est lancée, mais elle devra s’arrêter en 2004… faute de combattants ! Pour l’anecdote, Michael Douglas, à qui le Festival rend hommage, rencontre à Deauville celle qui deviendra sa femme, Catherine Zeta-Jones, présente au Festival pour la promotion du Masque de Zorro. Les autres hommagés de cette édition sont les producteurs Harvey et Bob Weinstein. Et Steven Spielberg est venu en famille présenter Il faut sauver le soldat Ryan, dont deux séquences ont été tournées, pendant le Festival de l’an dernier, au cimetière américain voisin de Colleville-sur-Mer.
     
1999   1999 | 25e édition
Le Festival rend cette année hommage aux talents de comédien (Al Pacino, Michael Caine, Robin Williams), de réalisateur (Ang Lee) et de compositeur (Maurice Jarre). Robin Williams donne d’ailleurs, à l’occasion de son hommage, l’unique conférence de presse, dans l’histoire du Festival, totalement intraduisible en quelque langue que ce soit ! L’Atelier de cinéma est animé par la réalisatrice Randa Haines. Et les festivaliers découvrent, en avant-première, de jeunes réalisateurs prometteurs : Spike Jonze, Amos Kollek, Doug Liman, Michael Polish, Marc Levin…
     
2000   2000 | 26e édition
Le Festival propose son hommage aux comédies musicales hollywoodiennes, « Hollywood Musicals », en présence de Leslie Caron, Joel Grey et Mickey Rooney. Pour la 3e fois, le Festival rend hommage à l’un de ses plus fidèles parmi les fidèles, Clint Eastwood. Aux côtés – elle et eux hommagés pour la première fois – de Susan Sarandon, Dino De Laurentiis, Chow Yun-fat (à l’occasion de la présentation du film américain Tigre et Dragon, réalisé par Ang Lee) et Samuel L. Jackson. Deauville s’ouvre aux nouvelles technologies en consacrant une journée au cinéma numérique. Et cette édition voit le lancement de la télévision officielle du Festival, CanalFestival.
     
2001   2001 | 27e édition
Le Festival présente une rétrospective exceptionnelle (une intégrale !) de l’œuvre de Stanley Kubrick, à l’occasion de la projection du film A.I. Intelligence artificielle de Steven Spielberg, d’après un scénario original de Stanley Kubrick sur lequel il avait travaillé pendant près de 12 ans. Des hommages sont rendus à Julianne Moore, Burt Reynolds, Joel Silver, ainsi qu’à James Dean à titre posthume ; une Carte blanche est donnée à Oliver Stone. Un colloque est organisé autour du thème « De l’influence des technologies sur la création du cinéma de demain ».
     
2002   2002 | 28e édition
Harrison Ford reçoit son deuxième hommage du Festival (un 3e suivra en 2009) aux côtés, dans cette prestigieuse section, d’Ellen Burstyn, Matt Dillon, Robert Evans, John Frankenheimer et Jerry Weintraub (« Coup de chapeau »). La Mémoire dans la peau, Insomnia, Signes, Simone, Windtalkers sont présentés en avant-première. Sous le titre de « In the Company of Neil LaBute : From Playwriting to Film Directing », une leçon de cinéma est donnée par l’écrivain, scénariste et réalisateur Neil LaBute.
     
2003   2003 | 29e édition
Le Festival décide de prendre le pouls de l’Amérique en donnant un coup de projecteur aux documentaires et en leur consacrant sa nouvelle section « Les Docs de l’Oncle Sam ». Un hommage est rendu à la chaîne à péage américaine HBO, et le Festival accueille à cette occasion Colin Callender, le PDG de son département Cinéma. Le Festival tient également à hommager, en leur présence, Jessica Lange, James Ivory et Ridley Scott. La Masterclass est donnée conjointement par le réalisateur Stephen Gyllenhaal et la scénariste Naomi Foner Gyllenhaal, James Foley et Edward Burns rencontrent le public à l’occasion du Rendez-vous. Un colloque « Musique, Music : France, USA » est organisé. Et pour satisfaire les nombreux festivaliers chasseurs d’autographes, deux pages blanches sont insérées dans le catalogue du Festival… mais disparaîtront progressivement au fur et à mesure que le festivalier s’improvisera plutôt photographe amateur !
     
2004   2004 | 30e édition
Dans le catalogue du Festival, rien de moins que les réalisateurs Steven Spielberg et George Lucas saluent les 30 ans du Festival ! Aux côtés d’ailleurs de plusieurs représentants des grands studios et de personnalités du monde du cinéma. Le Jury de cette édition-anniversaire est composé uniquement de femmes, rassemblées autour de son Président, Claude Lelouch. Pour fêter l’événement, le Festival propose l’intégrale des films réalisés par Steven Spielberg. Des hommages sont rendus à George Lucas, Francis Ford Coppola, Glenn Close, Christine Vachon, Malcolm McDowell, Richard D. Zanuck, ainsi qu’à titre posthume, à Marlon Brando. Le réalisateur Jonathan Nossiter et le scénariste Charlie Kaufman donnent Rendez-vous au public du Festival.
     
2005   2005 | 31e édition
En marge des hommages consacrés à Ron Howard, James Toback, Robert Towne et Forest Whitaker, le Festival propose cette année une séance spéciale « Le Court des Grands » pour découvrir les premiers pas cinématographiques de 5 réalisateurs de renom : Terry Gilliam, George Lucas, Ridley Scott, Tony Scott et Robert Zemeckis. Ainsi qu’une rétrospective « Ciné Boxe » : 10 longs métrages où « la vie est un match » et l’univers de la boxe, une « métaphore de la vie ». Une Masterclass sur l’écriture et la réalisation est animée par Irwin Winkler, le comédien et réalisateur Steve Buscemi rencontre le public.
     
2006   2006 | 32e édition
Le Festival propose à Cartier – qui devient un partenaire incontournable du Festival – la création du Prix de la Révélation, avec constitution d’un Jury prestigieux distinct. Il programme également une rétrospective « Les Films du Président », consacrée au président des États-Unis et à ses nombreuses représentations cinématographiques intimement liées à l’histoire du pays. Ainsi qu’un hommage au Sundance Institute, à l’occasion de ses 25 ans, et un programme spécial des « Docs de l’Oncle Sam » consacré au Centre Simon Wiesenthal et à son unité cinématographique Moriah Films. La Masterclass est animée par le réalisateur Darren Aronofsky. En marge du Festival, l’état de Louisiane est l’invité d’honneur du C.I.D, lequel C.I.D donne une nouvelle dimension à son Village US installé sur ses terrasses, face à la mer, avec concerts, animations, expositions et rendez-vous divers…
     
2007   2007 | 33e édition
Le Tout-Hollywood s’est donné cette année rendez-vous à Deauville : Angelina Jolie, Eva Mendes, Michelle Monaghan, Gena Rowlands, Tilda Swinton, l’hommagée de l’année Sigourney Weaver, Ben et Casey Affleck, Judd Apatow, George Clooney, Matt Damon, Brian De Palma, Michael Douglas et Sidney Lumet – à qui le Festival rend hommage pour la seconde fois à chacun des deux –, Peter et Bobby Farrelly, Paul Haggis, Brad Pitt… ! Avec un premier hommage à l’actrice Ida Lupino, le Festival décide de remettre à l’honneur le patrimoine du cinéma américain en rendant hommage à ceux qui ont contribué à son prestige. Il propose également aux festivaliers de continuer à rêver éveillés : avec le concours de La Cinémathèque française, il revisite jour et nuit, au cours de ses « Nuits américaines », les films du patrimoine américain. Deauville reste à ce jour le seul festival au monde à proposer un tel programme de projections ininterrompues, 24h sur 24 !
     
2008   2008 | 34e édition
Dédiée au réalisateur récemment disparu Sydney Pollack, l’édition 2008 du Festival présente l’intégrale des films d’un autre réalisateur cher au Festival, Spike Lee. En complément des hommages passionnés et cinéphiles que le Festival consacre à Parker Posey, Ed Harris et Mitchell Leisen, un nouveau programme « Grand Angle » donne un coup de projecteur sur le travail particulier d’une personnalité du cinéma américain : pour sa première année, « Grand Angle » accueille le réalisateur Charles Burnett.
     
2009   2009 | 35e édition
Un concert exceptionnel de Julia Migenes ouvre le Festival, dont l’édition 2009 a pour invité d’honneur, Harrison Ford, personnalité emblématique du cinéma américain et ami fidèle du Festival de Deauville. Le Rendez-vous est proposé avec le comédien Andy Garcia, à qui le Festival rend également hommage, aux côtés de Robin Wright (à l’époque, Robin Wright Penn), du trio ZAZ (David Zucker – Jim Abrahams – Jerry Zucker) et de Robert Aldrich. Pour renforcer son identité, et suite à la présentation en Compétition du film Precious – accueilli avec enthousiasme par le public et lauréat du Prix du Jury 2009 –, le Festival adopte comme sous-titre pour ses éditions à venir : « A PRECIOUS moment for all cinema lovers », en anglais dans le texte et avec pour traduction libre : « Un moment unique pour tous les amoureux du cinéma » !
     
2010   2010 | 36e édition
Les festivaliers ont, cette année, Rendez-vous avec le réalisateur Terry Gilliam, auquel le Festival rend hommage et dont l’intégrale des films est présentée. Annette Bening et Gregg Araki sont les autres hommagés de cette édition. Pour la première fois, Deauville décide d’ouvrir ses salles et ses écrans aux séries télévisées américaines, et à leur écriture scénaristique, au travers de sa nouvelle section « Deauville Saison # », en accès libre et gratuit. C’est dans cette même section « Deauville Saison 1 » que sont organisées les Masterclasses des scénaristes David Chase et Clyde Phillips.
     
2011   2011 | 37e édition
En marge de ses hommages (En 2011, Blake Edwards, Francis Ford Coppola, Danny Glover, Shirley MacLaine, Todd Solondz, Naomi Watts), le Festival souhaite désormais donner « Carte blanche » à une célébrité du monde des arts et des lettres. C’est le créateur Jean-Charles de Castelbajac qui accepte d’en être le premier invité. Le Festival inaugure également son « Nouvel Hollywood » en invitant à Deauville une comédienne et/ou un comédien, fleurons du cinéma américain de demain : Jessica Chastain et Ryan Gosling en sont les premiers lauréats. Le Festival crée enfin le « Film Corner », un nouvel espace dédié aux vendeurs et aux acheteurs. Et avec la Producers Guild of America (PGA), il organise désormais une « Table ronde franco-américaine » afin d’enrichir le dialogue entre les professionnels des deux côtés de l’Atlantique : la première Table ronde est consacrée à « Produire en 2011 : les nouvelles règles du jeu ». Le Festival 2011 propose une Conversation avec le réalisateur Francis Ford Coppola, une Leçon de scénario avec Roger Avary, et deux Masterclasses de Tom Fontana et Shawn Ryan, dans le cadre de Deauville Saison 2.
     
2012   2012 | 38e édition
Les hommages de cette édition sont consacrés à William Friedkin, Salma Hayek, Harvey Keitel, Liam Neeson, Melvin Van Peebles et Paula Wagner ; la Carte blanche est donnée à la styliste Agnès b. ; et le comédien Paul Dano est choisi pour être le « Nouvel Hollywood 2012 ». Dans le théâtre à l’italienne du Casino et en entrée libre, l’Orchestre Philharmonique de Radio France et le compositeur Michel Legrand proposent un concert exceptionnel en hommage au compositeur John Williams. Le Festival programme par ailleurs sa Leçon de cinéma par le réalisateur William Friedkin, une Conversation avec le scénariste René Balcer dans le cadre de Deauville Saison 3, une Masterclass autour de l’analyse filmique du film lauréat du Grand Prix 2011, Take Shelter, et la Table ronde franco-américaine consacrée cette année à « Produire aujourd’hui : enjeux et nouveaux moyens ».
     
2013   2013 | 39e édition
Cette édition du Festival est dédiée à la productrice et distributrice Fabienne Vonier, récemment disparue. Le Festival rend hommage à Danny Kaye (« Deauville Legend »), Cate Blanchett, Nicolas Cage, Larry Clark et John Travolta, donne Carte blanche au duo de musiciens français JUSTICE, propose une Masterclass autour de l’analyse filmique du film lauréat du Grand Prix 2012, Les Bêtes du Sud sauvage, et une seconde avec Vince Gilligan, dans le cadre de Deauville Saison 4. La Table ronde franco-américaine est cette année consacrée à « Innovation vs Créativité », en présence de la productrice Gale Ann Hurd à qui le Festival rend également hommage. Depuis quelques années, le Festival renouvelle la tradition des Cabines sur les Planches, ce qui donne un bel embouteillage piétonnier pour y voir les stars de ce très bon cru 2013 : Cate Blanchett, Forest Whitaker ou John Travolta ! Le C.I.D est désormais présenté comme co-organisateur de l’événement aux côtés du Public Système Cinéma.
     
2014   2014 | 40e édition
À l’occasion d’une 40e édition des plus prestigieuses, dédiée à l’un des cofondateurs de l’événement André Halimi, le Festival du Cinéma Américain souffle en 2014 ses quarante bougies en compagnie des hommagés Jessica Chastain, Will Ferrell, Brian Grazer, Ray Liotta, John McTiernan, ainsi qu’en invités-surprise, Mick Jagger et Pierce Brosnan. Deauville se souvient cette année de Yul Brynner, et de Lauren Bacall et Robin Williams récemment disparus. Le Jury de ce 40e Festival est présidé par le réalisateur Costa-Gavras et il est composé de quelques-uns des Présidents du Jury des éditions précédentes. Au travers d’anecdotes et de témoignages des stars du Festival, le livre Deauville, 40 Ans de cinéma américain retrace, par de nombreuses photographies inédites, l’histoire en images de 40 éditions du Festival. Le film lauréat du Grand Prix 2014, Whiplash, démarre à Deauville sa future brillante carrière. La salle du C.I.D est désormais équipée du son Dolby Atmos.
     
2015   2015 | 41e édition
Une édition haute en couleurs, celles du drapeau américain que le Festival a choisi de faire figurer cette année sur son affiche ! Deauville accueille Madame Jane Hartley, ambassadeur des États-Unis en France récemment nommée, laquelle qualifie le Festival comme « le plus remarquable festival de films exclusivement américains ». De prestigieux hommages sont rendus, en leur présence, à des personnalités aussi diverses que Michael Bay, Lawrence Bender, Orlando Bloom, Patricia Clarkson, Ian McKellen et Keanu Reeves, mais en l’absence – toujours délibérée – de Terrence Malick. Le Jury, présidé par le réalisateur Benoit Jacquot, récompense pour la première fois dans l’histoire du Festival, un film – 99 Homes de Ramin Bahrani – qui ne sera visible qu’en VàD (vidéo à la demande) à sa sortie en France. Le Prix Michel-d’Ornano, remis à un premier film français, est rebaptisé « Prix d’Ornano-Valenti » en hommage conjoint à Jack Valenti. Pendant toute la durée du Festival, les rendez-vous et les réceptions se tiennent désormais jusqu’à tard dans la nuit au Kiehl’s Club, lieu convivial et festif initié par Kiehl’s, nouveau partenaire du Festival du Cinéma Américain de Deauville.
     
Le Festival du Cinéma Américain de Deauville les a également accueillis sur les Planches :
Ben AFFLECK, Kevin BACON, Alec BALDWIN, Anne BANCROFT, Antonio BANDERAS, Ellen BARKIN, Drew BARRYMORE, Kim BASINGER, Kathy BATES, Jennifer BEALS, Halle BERRY, Jeff BRIDGES, Matthew BRODERICK, Yul BRYNNER, Sandra BULLOCK, Jim CARREY, Seymour CASSEL, Jessica CHASTAIN, George CLOONEY, Eddie CONSTANTINE, Kevin COSTNER, Tom CRUISE, Billy CRYSTAL, Jamie Lee CURTIS, John CUSAK, Willem DAFOE, Matt DAMON, Paul DANO, Robert DE NIRO, Danny DE VITO, Johnny DEPP, Cameron DIAZ, Leonardo DICAPRIO, Robert DOWNEY Jr., Faye DUNAWAY, Mia FARROW, Farrah FAWCETT, Sally FIELD, Bridget FONDA, Peter FONDA, Glenn FORD, Jodie FOSTER, Michael J.FOX, James FRANCO, Vincent GALLO, Richard GERE, Mel GIBSON, Scott GLENN, Whoopi GOLDBERG, Jeff GOLDBLUM, Ryan GOSLING, Melanie GRIFFITH, George HAMILTON, Tom HANKS, Woody HARRELSON, Anne HATHAWAY, Ethan HAWKE, Goldie HAWN, Barbara HERSHEY, Dustin HOFFMAN, Anthony HOPKINS, Dennis HOPPER, Bob HOSKINS, Helen HUNT, Holly HUNTER, Elizabeth HURLEY, John HURT, William HURT, Angelica HUSTON, Hugh JACKMAN, Tommy Lee JONES, Diane KEATON, Michael KEATON, Gene KELLY, Nicole KIDMAN, Kevin KLINE, Kris KRISTOFFERSON, Burt LANCASTER, Martin LANDAU, Heath LEDGER, Jennifer Jason LEIGH, Juliette LEWIS, Ray LIOTTA, Jennifer LOPEZ, Rob LOWE, Andie MacDOWELL, Madonna, Steve MARTIN, Matthew McCONAUGHEY, Frances McDORMAND, Eva MENDES, Liza MINNELLI, Matthew MODINE, Demi MOORE, Eddie MURPHY, Bill MURRAY, Paul NEWMAN, Olivia NEWTON-JOHN, Nick NOLTE, Gary OLDMAN, Ryan O'NEAL, Peter O'TOOLE, Jack PALANCE, Gwyneth PALTROW, Sarah Jessica PARKER, Sean PENN, Michelle PFEIFFER, Brad PITT, Dennis QUAID, Anthony QUINN, Robert REDFORD, Keanu REEVES, Tim ROBBINS, Julia ROBERTS, Mickey ROURKE, Gena ROWLANDS, Kurt RUSSELL, Meg RYAN, Winona RYDER, Roy SCHEIDER, Arnold SCHWARZENEGGER, Martin SHEEN, Sam SHEPARD, Gary SINISE, Christian SLATER, Wesley SNIPES, Kevin SPACEY, James SPADER, Sylvester STALLONE, Harry Dean STANTON, Sharon STONE, Meryl STREEP, Donald SUTHERLAND, Patrick SWAYZE, Channing TATUM, Anna THOMPSON, Uma THURMAN, Kathleen TURNER, Lana TURNER, John TURTURRO, Mark WAHLBERG, Denzel WASHINGTON, Rachel WEISZ, Bruce WILLIS, Debra WINGER, Michelle YEOH, Catherine ZETA-JONES… et tant d’autres comédiennes et comédiens américains de ces quarante dernières années !